Bien choisir son ampoule à éclairage.

Partage :

Aujourd’dui, il est devenu très compliqué de choisir ses lampes en magasin tant les rayons regorgent de modèles différents. Nous avions pris l’habitude de nous repérer en watt, et désormais c’est en Lumens et en Kelvins que l’on va mesurer la performance de ces ampoules.

Choisir la bonne quantité de lumière et la couleur

Aujourd’hui, on ne parle plus uniquement de puissance exprimée en watt. Si cette notion demeure tout de même importante, d’autres unités doivent être prises en compte. Il faut d’abord regarder la quantité de lumière émise qui se mesure en Lumens (700 lumens équivalent à 60 W environ). Ensuite, la Candela exprime une valeur d’intensité. Enfin, le rendu de couleur que l’on mesure en Kelvins vous aiguillera sur l’utilisation possible de la lampe (froide et dynamique ou tons chauds).

Oubliez l’ampoule à incandescence

C’est la plus ancienne technologie utilisée pour l’éclairage domestique, elle est très énergivore, car la majeure partie de l’électricité qu’elle consomme ne se transforme pas en lumière, mais en chaleur. Elles n’avaient qu’une durée de vie de un an. Désormais, elles sont interdites à la vente pour un usage domestique depuis le 1er janvier 2013. Il en existe encore pour une utilisation décorative.

La lampe halogène

Si les premiers modèles étaient très énergivores, les derniers sont un peu plus économiques. Elles ont une durée de vie d’environ deux ans et fonctionnent avec un variateur pour disposer d’une lumière vive ou atténuée selon vos besoins. Grâce à cela, elles peuvent être utilisées en de nombreuses circonstances, y compris en extérieur du fait de leur bonne résistance.

Le néon

Très économique, cette technologie est utilisée depuis de nombreuses années déjà dans les entreprises, les administrations, ainsi que les lieux accueillant du public. Dans le cadre domestique, on ne la met pas dans les pièces à vivre, car elles sont assez peu décoratives. On les placera donc plutôt dans le garage ou les apprentis extérieurs.

L’ampoule fluocompacte

Ce sont des ampoules à très basse consommation. Le principal inconvénient réside dans le fait qu’elles tardent à s’allumer. Elles sont à privilégier dans les lieux où on les utilise sur la durée et non en allumage et extinctions répétées. À éviter donc dans des pièces comme la salle de bain ou les toilettes par exemple.

L’ampoule à LED

Ce sont les plus chères, mais elles ont la plus grande longévité puisqu’elles durent au minimum quinze ans et qu’elles sont rentables dès deux ans d’utilisation. Il en existe plusieurs variétés, celles qui éclairent, celles qui servent à baliser. Certains modèles incluent plusieurs couleurs. À éviter dans les chambres, car la lumière perdure un peu après l’extinction. Préférez celles équipées de systèmes optiques qui sont moins éblouissantes.

Vous aimerez aussi...