Tout savoir sur l’éco-conduite

Protéger nos économies et notre planète en même temps ? Avec l’éco-conduite, c’est permis ! Le carburant occupe une place importante dans le budget voiture. Pourtant, en changeant simplement vos habitudes de conduite, vous pouvez économiser facilement du carburant… et de l’argent ! Découvrez des astuces pour économiser votre carburant.

 

Qu’appelle t’on l’éco-conduite ?

Eco pour écologique et économique + conduite : tout est dit ! L’éco-conduite est un nouveau mouvement qui incite simplement les automobilistes à adopter un comportement plus souple au volant, afin de réduire les émissions de CO2 (gaz à effet de serre) et ainsi limiter le réchauffement climatique. La carotte pour le conducteur ? La possibilité de faire jusqu’à 15 % d’économies à la pompe !

Participer à la protection de son environnement tout en conduisant devient alors possible ! L’objectif du Grenelle de l’environnement est clair :  réduire de 20 % la consommation d’énergie et les émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2020 ! Certes, le résultat est ambitieux mais chacun peut intervenir à son échelle à condition d’appliquer 10 règles simples et de faire preuve d’un peu de bon sens !

Les 10 règles clés de l’éco-conduite responsable

Avant de se mettre au volant : préparer son déplacement astucieusement

  • Limiter les petits trajets en ville au profit d’autres moyens de transport (vélo, bus, métro voire même roller)
  • Anticiper son parcours pour éviter les kilomètres inutiles
  • Rouler léger en enlevant tout le poids superflu et particulièrement la galerie de toit
  • Entretenir sa voiture et vérifier régulièrement les points de contrôle : pression des pneus, niveau d’huile, climatisation.

En route : adopter une conduite souple

  • Au démarrage, mettre la pédale douce pour laisser le moteur chauffer
  • Éviter de monter dans les tours pour passer les vitesses
  • Adopter une conduite souple et sans à-coups : anticiper !
  • Couper la climatisation en ville et l’utiliser uniquement avec les fenêtres fermées sur voie rapide
  • Diminuer sa vitesse de 10km/h sur autoroute
  • Couper son moteur pour un arrêt supérieur à 30 secondes, à un passage à niveau notamment.

Au minimum »- 15 % » sur la facture de carburant

Tantôt à la hausse et plus rarement à la baisse, le prix du plein à la pompe vient sérieusement grignoter le budget mensuel alloué aux déplacements. Et dire qu’avec quelques règles de bon sens et une conduite adaptée, on peut facilement réduire ses dépenses de carburant de 10 à 15 %  !

Eco-conduite : économiser du carburant au volant !

Au démarrage : mettre la pédale douce

Inutile de malmener titine à peine le contact enclenché. Une voiture consomme tout simplement plus lorsqu’elle est froide, surtout si vous la brusquez par des accélérations violentes. En moyenne, il lui faut environ 5 kilomètres pour atteindre sa température de croisière. Cependant, il ne faut pas pour autant laisser le moteur tourner avant de se mettre en route, mais au contraire de se lancer sur la route avec douceur. Quoi qu’il en soit, ne montez pas dans les tours et passez rapidement les vitesses au départ.

Au volant : anticiper les événements

La conduite sans à-coups est sans aucun doute la meilleure manière de diminuer sa consommation de carburant sur la route. Pour maintenir une vitesse constante, il faut donc anticiper et ainsi éviter d’alterner accélérations brusques et freinages intempestifs, qui peuvent faire gonfler la facture de 20 à 40 %. Agacé par les Fangio qui n’hésitent pas à faire vrombir le moteur ? Dites-vous que cette attitude peut leur coûter cher, jusqu’à 20 % d’utilisation d’essence en plus. En adoptant le bon régime moteur, vous soulagez votre moteur qui vous le rendra à la pompe. Vous avez sans doute déjà entendu dire qu’on peut rouler au point mort en descente. Attention, pratique très dangereuse ! Utilisez plutôt le frein moteur pour éviter d’user inutilement les plaquettes de frein, et sachez qu’en relâchant l’accélérateur, vous n’injecterez plus d’essence dans votre moteur, vous roulerez donc sans consommer de carburant. Passage à niveau, feu très long, ou arrêt rapide pour passer chercher quelqu’un ? Inutile de laisser tourner le moteur. Au-delà de 20 secondes, l’arrêt-redémarrage d’un véhicule consomme moins qu’un moteur au ralenti.

Attention aux fonctionnalités supplémentaires

On ne s’en doute pas forcément, mais les autres équipements électriques augmentent eux aussi la consommation de carburant. La climatisation peut facilement faire augmenter la consommation de 20 % pour 5 à 8C° de différence avec la température extérieure. À ce compte-là, il vaut mieux ouvrir les fenêtres (+1 % de consommation) en ville, et sur voie rapide utiliser sa clim’ avec les fenêtres fermées. N’oubliez pas également de bien aérer votre voiture avant d’y monter. Et pour gagner encore quelques centimes, pensez à éteindre toutes les options une fois utilisées : dégivrage de la vitre, soufflerie, essuie-glace arrière, etc.

Vous faites un geste pour la planète

Après le banquier, c’est la nature qui nous dit merci ! A l’heure actuelle, l’avenir de la terre est plus que préoccupant et, même si les mesures pour la protéger commencent à s’accumuler, pas certain que cela suffise. Alors, pour laisser une planète plus propre aux générations futures, on adopte l’éco-conduite.

Moins de consommation d’essence égale moins de rejet de C02 responsable du réchauffement climatique. Sachant que 92 % des gaz à effet de serre émis par le secteur du transport (37 % en tout) sont imputables aux automobiles. Si chacun s’y met, on peut vraiment réduire son impact écologique ! Ainsi, 15 000 km et une année plus tard, une voiture diesel peut réduire ses émissions de Co2 de plus de 250 kg, soit l’équivalent d’un vol A/R Londres-Nice par passager.

L’éco-conduite génère 10 à 15 % d’accident en moins

Il n’y a pas de secret : adopter une conduite plus souple entraîne moins de stress et plus de confort au volant. Conditions idéales pour favoriser la concentration sur la route, l’automobiliste est plus enclin à anticiper le comportement des autres usagers et cela permettrait de réduire sensiblement les accidents de la route, de 10 à 15 %. L’éco-conduite, ou comment sauvegarder sa planète et ses économies en rendant ses déplacements plus sûrs.

Les voitures électriques : écologiques et économiques ?

On en parle beaucoup mais on en croise très peu dans les rues. Faut-il les acheter maintenant ou bien attendre de voir leur fiabilité améliorée et surtout leur coût à l’usage ?

Rouler à l’électrique : un réel avantage écologique ?

  • L’avantage principal d’acquérir un véhicule électrique réside dans l’achat d’un véhicule dit « propre » pour l’environnement.
  • Le point positif par rapport à une voiture dite « traditionnelle » est déjà le bruit quasi inexistant.
  • Plus de vidange à prévoir.
  • Le rechargement des batteries peut se faire chez vous dans votre garage par exemple.

En revanche, il y a des améliorations qui doivent encore être apportées aux modèles actuels :

  • Notamment en ce qui concerne l’autonomie des batteries qui ne permettent pas de faire de longs trajets. Pour l’instant, la plupart des véhicules ont une vitesse limitée et les trajets se cantonnent à des trajets urbains.
  • L’accumulateur et la batterie sont des éléments à changer obligatoirement tous les deux ou trois ans et leurs coûts restent pour l’instant élevés. De plus, les infrastructures pour recharger les batteries sont encore peu nombreuses.
  • Le temps de charge est assez long, il peut durer de 6 à 8 heures !

Attention  : gare à la panne sèche où il est plus difficile de trouver un point de chargement électrique !

la voiture électrique est-elle vraiment écologique ?

D’après plusieurs études, la voiture électrique ne semble pas, pour l’instant, aussi écologique qu’il n’y paraît ! En effet, la production d’une voiture électrique engendrerait plus de 8,8 tonnes d’émission de CO² contre environ 5,6 tonnes pour une voiture à essence. Mais cela dépend aussi du pays car en France, la production d’un véhicule émet environ 40g de CO²/km, alors qu’en Chine, il atteint 200g de CO²/km.
Mais à l’usage, les véhicules électriques sont beaucoup plus écologiques en France que des véhicules thermiques !

Les pneus verts : écologiques mais sont-ils vraiment économiques ?

De nombreuses voitures en sont équipées, les pneus verts sont devenus un véritable phénomène de mode. Argument de vente ou vrai progrès ? Les pneus verts sont écologiques mais sont-ils vraiment économiques ?

Un pneu vert, qu’est-ce que c’est ?

Un pneu écologique est un pneu dont l’impact sur l’environnement est réduit. Les constructeurs font tout d’abord des efforts sur les composants du pneu. Des substances chimiques comme les huiles aromatiques ont été enlevés de la fabrication. Celles-ci pouvaient être libérées sous forme de particules nocives pour la santé, lors de l’usure de la bande de roulement. De plus ces pneus sont conçus pour consommer moins de carburant et donc diminuer l’émission de CO2. En effet, les pneus consomment de l’énergie à cause de la résistance au roulement. Les constructeurs utilisent une matière qui permet de réduire cette résistance tout en gardant les mêmes performances d’adhérence et d’usure.

Le pneu vert : attention au freinage d’urgence !

Les constructeurs nous certifient que l’adhérence reste la même. Pourtant, L’Automobile Magazine a récemment effectué des tests de freinage sur des voitures équipées de pneus verts. Quand on compare les résultats sur les mêmes voitures avec des pneus classiques, on observe une augmentation des distances de freinage de 5 à 10m. Pour une économie de moins d’un euro par 100km, le prix à payer au niveau de la sécurité est plutôt élevé !

Pneus verts : sont-ils économiques ?

Après des tests comparatifs effectués entre des voitures équipées de pneus verts et de pneus classiques on peut observer une réduction de 20 % de la résistance au roulement. Cette réduction entraîne une économie de carburant de 2.5 %. C’est-à-dire qu’on peut espérer économiser de 0.2 à 0.4L au 100Km et obtenir une réduction de 4 à 8g de CO2/Km. Ces bénéfices peuvent paraître assez faibles mais il faut les imaginer à plus grande échelle. Cependant, les aspects économiques sont plus négligeables car l’économie de carburant représente une dizaine d’euros pour quelqu’un qui fait 20 000 Km par an. Les pneus verts coûtent en moyenne 8 % plus cher que les pneus classiques, l’économie réalisée au final est donc très faible.
Vous ne réaliserez pas d’économies significatives en vous équipant de pneus verts. Si vous voulez rouler moins cher, jetez un œil à notre dossier sur l’éco-conduite.

Vous aimerez aussi...