Assurance : suis-je bien couvert ?

Partage :

Entre les conditions générales, la franchise, les exclusions, on est vite perdu en parcourant son contrat d’assurance. Comment le déchiffrer ? Ce qu’il faut savoir pour éviter de se faire avoir. Habitation, multirisque ou encore automobile, souscrire une assurance est un passage souvent douloureux pour le portefeuille. Obligatoire ou facultative, il est toujours possible de faire baisser les cotisations.

Souscrire un contrat fait pour moi !

Les raisons de mécontentement sont peu nombreuses mais concernent toutes l’argent ! Soit les primes (cotisations) sont trop élevées et plombent vos budget au quotidien, soit c’est en cas de sinistre que vous vous rendez compte que l’indemnisation n’est pas suffisante. Biens évalués et besoins établis avec précision, vous pouvez vous mettre en quête de l’assurance adaptée à vôtre situation. Mais si vous êtes déjà assuré, mieux vaut vérifier votre contrat pour être certain qu’il colle à vos attentes ! Gare aux surprises :  une fois de plus, il va falloir lire les petits caractères…

Les conditions générales : passage obligé !

Pressé par le temps, confiance aveugle ou tout simplement flemme, personne n’est vraiment enclin à lire les conditions générales de son contrat d’assurance. Et pourtant  ! C’est là que l’on déniche toutes les informations importantes (caractéristiques du bien, options, capitaux assurés) et plus particulièrement celles qui vont jouer en cas de sinistre. Quitte à devoir l’emporter à la maison pour le signer et attendre le prochain rendez-vous (en agence), on lit consciencieusement son contrat. Au moindre doute ou terme incompris, questionnez votre conseiller. Dans certains cas, les sommes en jeu peuvent varier énormément.

Savoir ce qui est assuré… et ce qui ne l’est pas !

Si les garanties indiquées au contrat et le plafond (ou le montant) de ces dernières sont souvent bien explicités lors de la signature, il est toujours bon de savoir quelles sont les exclusions prévues au contrat. Risques ou événements non pris en charge lors d’un sinistre, ils doivent être explicitement mentionnés. Cela peut aller d’une obligation d’entretien (taille de haie, ramonage) à l’installation de dispositifs spécifiques (alarme pour l’habitation, etc.).

Actualiser régulièrement son contrat

Dès votre entrée dans le logement, vous assurez vos biens avec une multirisque habitation. Mais seulement voilà, il y a 10 ans que vous vivez, vous avez sans doute multiplié les investissements (une nouvelle salle de bain, écran plat, etc.). Les capitaux assurés dans votre contrat d’assurance initial ne correspondent sans doute plus à la réalité. Les réévaluations ne sont pas toujours automatiques, alors à vous de signifier les évolutions à votre assureur.

Jouer avec le montant de la franchise : une somme à débourser

Au-delà du montant de l’indemnité, l’assureur déduira systématiquement une franchise. Cette somme restera à votre charge. Son montant est défini dans le contrat d’assurance. Attention, une cotisation très bon marché peut cacher une franchise onéreuse. En cas de pépin, il est déjà dur de patienter jusqu’à l’indemnisation (si vous y avez le droit) mais s’il faut en plus débourser la franchise, le moindre sinistre peut se transformer en véritable cauchemar.

Indemnités : comment obtenir le maximum ?

Ce qui nous intéresse tous dans le fait de souscrire une assurance, c’est d’obtenir une indemnisation pour remplacer les biens sinistrés et oublier au plus vite cet épisode fâcheux. Mais seulement voilà, entre la somme espérée et celle réellement perçue, il y a souvent un monde !

  • Son montant va dépendre du contrat  : la plupart du temps, les biens sont évalués en fonction de leur valeur au jour du sinistre, à laquelle est soustrait un coefficient de vétusté (en fonction de l’âge, de l’usure, de l’entretien).
  • L’option « Valeur à neuf », plus chère, permet de remplacer le bien sinistré par un bien neuf. Mais là aussi, il peut y avoir des exclusions. Par exemple, l’option ne peut s’appliquer qu’au matériel high-tech de moins de 3 ans, etc. Pour certains biens (antiquités, œuvres, etc.) l’indemnisation peut se baser sur la valeur vénale, le prix que l’on pourrait obtenir en mettant l’objet en vente.

Pour bien vous faire indemniser  : n’hésitez pas à récolter un maximum de preuves (factures, photos, évaluations d’experts, etc.) pour justifier de vos pertes et accélérer le traitement de votre dossier. Et surtout ne jetez rien avant le passage de l‘expert !

Assurance : 5 conseils pour payer moins cher

Evaluer vos besoins au plus juste

Avant même de se renseigner sur les tarifs appliqués par les sociétés d’assurance, commencez par évaluer vos besoins réels mais aussi la valeur des biens à protéger. Le montant des cotisations ou de la prime d’assurance va dépendre des garanties souscrites, de la franchise (qui restera à votre charge en cas de sinistre) mais également de la protection souhaitée. Souscrire des options non-adaptées et payer le prix fort pour un service inutile, voilà qui va plomber votre budget. Il faut donc viser au plus juste pour payer le moins cher possible sans se retrouver avec une coquille vide en cas de pépin. Dès lors qu’un changement intervient (nouvelle voiture, construction d’un garage, achat d’un équipement onéreux), mieux vaut en informer son assureur car cela pourrait entraîner des modifications au niveau du prix.

Comparateur d’assurance : ne tombez pas dans le panneau : comparez le prix et les garanties !

Marché largement ouvert à la concurrence, on peut donc facilement aller voir si l’herbe n’est pas plus verte ailleurs. Rien n’est plus simple. En tapant les mots « assurance comparatif» dans un moteur de recherche, vous croulez sous une tonne de sites proposant ce service. Attention, nombreux sont les comparateurs appartenant à des sociétés de courtage en assurance, prêtes à vous donner l’information mais moyennant finances. D’autres sites cherchent à votre place comme Lesfurets.com, LeLynx.fr, Assurland ou encore Turbo.fr pour obtenir le meilleur devis et tout ça gratuitement. Après avoir rempli un formulaire, les meilleures offres arrivent directement dans votre boite mail en moins de 5 minutes. Libre à vous ensuite de donner une suite à ces offres. Mais attention, si vous voulez résilier votre contrat d’assurance actuel, mieux vaut choisir le bon moment pour éviter d’y perdre vos économies.

Engager les négociations avec votre assureur

Vous êtes satisfait de votre assureur actuel et de votre contrat mais vous souhaiteriez tout de même voir le prix baisser ? J’ai fait quelques demandes de devis à la concurrence et c’est plutôt concluant… Voilà une phrase magique qui va vous permettre de jouer cartes sur table et encourager votre conseiller à faire un effort commercial pour continuer à vous compter parmi ses clients. Attention tout de même, mieux vaut lui présenter des offres similaires (mêmes garanties, franchise, etc.), sinon il risque de s’engouffrer dans la brèche pour justifier que son assurance est plus adaptée… et donc plus chère. A défaut de diminuer le prix, vous pouvez espérer une prestation supplémentaire ou la révision (à la baisse !) de la franchise.

Faites la chasse aux doublons d’assurance

Être trop assuré, c’est possible ? En tout cas, ce n’est pas impossible ! Certains contrats d’assurance se recoupent et proposent les mêmes garanties. Vous payez donc 2 fois pour la même protection. Mais, en cas de sinistre, vous ne serez pas remboursé deux fois ! Contrat de cartes bancaires (et oui !), multirisque habitation ou assurance vie… mieux vaut observer les clauses dans le détail. Vous pourrez parfois vous éviter de souscrire une assurance scolaire, par exemple ! Vu le nombre d’assurance à contracter, on serait tenté de se simplifier la vie en souscrivant tout auprès du même organisme. Il n’est d’ailleurs par rare de se voir proposer des offres spéciales avec des pourcentages de réduction allant de 5 à 10 %. Pourtant, toutes les compagnies ne proposent pas les meilleurs tarifs pour chaque contrat, la plupart du temps elles restent compétitives sur un ou deux domaines. Mieux vaut donc concentrer ses contrats par bien (auto, habitation, …) Cela vous permettra d’obtenir de meilleurs tarifs. Cela prend un peu de votre temps pour les dénicher mais si un jour l’assureur venait à résilier votre contrat, vous ne vous trouverez pas avec tout sur les bras.

Vous aimerez aussi...