Tout savoir sur le chocolat

La découverte du chocolat :  une aventure millénaire

Originaire des plaines tropicales d’Amérique du Sud et Centrale, le cacaoyer est cultivé depuis plus de trois mille ans. Fascinés par le fruit de cet arbre considéré comme un don des Dieux, les Mayas sont les premiers à utiliser les fèves de cacao pour en fabriquer une boisson mousseuse et amère :  l’ancêtre de notre bon chocolat chaud ! La légende raconte que ce breuvage magique avait le pouvoir de purifier les jeunes enfants et d’accompagner les défunts dans leur voyage vers l’au-delà. Les Aztèques ne tarderont pas non plus à être conquis pas cette drôle de fève. Le chocolat deviendra alors le symbole de leur déesse de la fertilité, assurant vigueur et énergie aux jeunes époux.

Le chocolat traverse l’océan : une révolution pour les gourmands !

Il faudra attendre le 16ème siècle et la conquête de l’Amérique pour que le chocolat traverse l’océan et arrive enfin en Europe. Et contrairement à ce que l’on pourrait penser, ce n’est pas Christophe Colomb qui a succombé à ce plaisir sucré ! Confondant les fèves de cacao offertes par les Amérindiens avec des crottes de chèvres, il n’hésita pas à les jeter à la mer avant de rentrer… C’est Hernan Cortes, célèbre conquistador espagnol, qui fût séduit le premier par le goût unique de la boisson chocolatée et décida d’en rapporter à ses maîtres. Le chocolat devint alors un met très prisé par l’aristocratie et le clergé, et se répandit dans toute l’Europe, où on le consommait toujours sous forme de boisson en y ajoutant du lait et de la vanille pour en neutraliser l’amertume.

De la fève de cacao à la tablette de chocolat

Durant plusieurs siècles, la consommation du chocolat va demeurer inchangée. Ce n’est que dans les années 1700 que l’utilisation du moulin mécanique pour extraire le beurre de cacao va révolutionner notre manière de le savourer. Le chocolat ainsi créé avait la faculté de rester dur et croquant à souhait : les premières tablettes de chocolats étaient nées !

La révolution industrielle va donner de l’ampleur au phénomène, permettant de produire du chocolat sous toutes les formes et de le commercialiser à grande échelle. Chez les pâtissiers et cuisiniers, la course aux inventions est lancée. Au lait, blanc, noir, pur ou en produit dérivé, dans chaque foyer, il nous accompagne désormais du petit-déjeuner au dîner !

Quelles propriétés le chocolat offre pour la peau ?

Le beurre de cacao est le composant idéal des produits cosmétiques que l’on retrouve en grande surface ou en parapharmacie. Il est souvent l’ingrédient phare des crèmes hydratantes et des baumes à lèvres, car c’est un excellent antioxydant permettant d’éviter le dessèchement de la peau. Il répare aussi vos cheveux s’ils sont abîmés.

Le beurre de cacao est également un anti-inflammatoire, grâce aux phytostérols et resvératrols qu’il contient.

Bon à savoir : Il est également conseillé pour les massages pour les femmes enceintes, afin d’éviter les vergetures et autres désagréments dont l’épiderme peut être sujet durant la grossesse.

Le chocolat nous rend belle ?

Le chocolat a plusieurs propriétés qui enjolivent notre quotidien :

  • Il est conseillé pour ceux qui perdent leurs cheveux. En effet, le chocolat diminue la chute de cheveux en les rendant plus forts, grâce à sa forte teneur en magnésium.
  • Le chocolat nourrit la peau, l’hydrate et la rend douce comme celle d’un bébé. Vous pouvez également grignoter quelques carrés de chocolat car il contient de la vitamine B3, du fer, ainsi que des phospholipides contre le dessèchement.
  • Il permet de retrouver un teint frais grâce aux polyphénols dont le cacao regorge. C’est également un antiride qui rajeunit et rend l’élasticité à la peau tout en la préservant des nuisances extérieures (les ultra-violets…).
  • Si vous voulez réduire les effets de la cellulite, appliquez du chocolat sur vos cuisses afin que la théobromine et la caféine qu’il contient, vous aident à raffermir et lisser vos jambes.

Le chocolat est une source d’apaisement

C’est bien connu, le chocolat est aussi recommandé pour lutter contre le stress. En effet, en consommant au moins six grammes de chocolat noir de bonne qualité par jour, vous êtes à l’abri du stress.

Des études ont confirmé que sa consommation active la sécrétion des endorphines (dont les hormones) et entraînent une sensation de bien-être. A noter tout de même qu’il faut le consommer avec modération, et toujours choisir du chocolat noir, beaucoup moins calorique et plus riche en substance, au chocolat au lait ou blanc.

Le chocolat est associé au plaisir

Depuis notre plus tendre enfance, nous sommes habitués à recevoir du chocolat en guise de récompense. Dans notre esprit d’adulte, le chocolat reste toujours un objet de plaisir. Ainsi, quand nous mangeons du chocolat, nous stimulons le circuit du plaisir de notre cerveau, ce qui l’incite à sécréter davantage d’endorphine. L’endorphine, surnommée à juste titre l’hormone du bonheur, a un effet euphorisant et calmant sur notre organisme. C’est pour cette raison que nous nous sentons calmes et détendus après avoir mangé du chocolat.

Le chocolat est riche en magnésium

Le chocolat est l’un des dix aliments les plus riches en magnésium. Une demi-plaquette de chocolat noir, c’est-à-dire 100g de chocolat noir, contient 110 mg de magnésium. La même quantité de chocolat au lait contient 60 mg de magnésium. Le magnésium est connu pour ses effets relaxants. Le manque de magnésium dans l’organisme entraîne une baisse du taux de dopamine, un neurotransmetteur qui entre dans le mécanisme du plaisir. Consommer du chocolat augmente la quantité de magnésium dans le corps et permet de lutter efficacement contre la fatigue et de réduire la sensibilité au stress. Quand l’organisme est stressé, il produit beaucoup plus d’hormones, ce qui le conduit à puiser dans sa réserve de magnésium. Et quand un déficit en magnésium se présente, la sensibilité au stress d’une personne augmente. C’est pour cette raison que consommer du chocolat est bon pour le moral.

Le chocolat agit comme un antidépresseur

Plusieurs composants chimiques du chocolat favorisent son effet bénéfique pour le moral. D’un côté, il y a le tryptophane, un acide aminé essentiel à l’organisme et qu’il ne peut pas fabriquer lui-même. Ce tryptophane est le précurseur de la sécrétion de la sérotonine, le neuromédiateur qui contribue à l’apaisement et au bien-être de l’organisme. En mangeant du chocolat, notamment ceux qui sont très sucrés, nous augmentons le taux de tryptophane dans l’organisme, ce qui favorise la sécrétion de sérotonine. Le chocolat contient également de la théobromine, un alcaloïde qui agit comme un stimulant doux. Elle entraîne une sensation de bien-être et contribue à améliorer l’humeur.
Certains chocolats contiennent également en faible quantité de la phényléthylamine, une hormone que certains appellent le « peptide de l’amour ». Elle nous met en effet dans un état de joie euphorique similaire à celle ressentie par les amoureux.

Toutes ces substances sont présentes en faible quantité dans le chocolat, si bien que seule, aucune n’aurait une action positive sur notre moral. C’est leur présence combinée qui favorise la sensation de bien-être que nous ressentons à chaque fois que nous mangeons du chocolat. Une autre substance contenue dans le chocolat et qui serait bénéfique pour notre moral est également le sucre. Ce composant favorise la sécrétion de dopamine, une autre hormone aux vertus apaisantes.

Conseils beauté : recettes au chocolat à faire soi-même

Les masques au chocolat

Faites fondre 6 carreaux de chocolat noir au bain marie, ajoutez 3 gouttes d’huile essentielle de néroli ou de fleur d’oranger, puis mélangez le tout avec 10 mm d’huile végétale.

Ensuite, appliquez le masque tiède sur le visage et, laissez poser pendant 1/4 d’heure. Votre peau retrouvera toute sa douceur.

• Avec 8 carreaux de chocolat noir bio (80 % cacao) et une cuillère à soupe d’huile d’amande douce ou d’huile d’olive, vous ferez des merveilles. D’abord, faites fondre le chocolat au bain-marie, puis mélangez-le avec l’huile pour obtenir une pâte fluide.

Laissez-le refroidir, puis appliquez le mélange au pinceau sur le visage.

Le gommage au chocolat

Versez du chocolat en poudre dans la moitié d’un bol, ajoutez 2 cuillères à soupe de sucre roux puis une cuillère à soupe de miel liquide. Mélangez la pâte avec un peu d’eau jusqu’à obtenir une texture homogène et légèrement plus liquide qu’une crème.

Vous pouvez ensuite passer sous la douche et étaler le gommage sur peau humide. Vous retrouvez des jambes douces en deux temps trois mouvements !

Bon à savoir : toutes ces recettes doivent être utilisées dès qu’elles sont prêtes et ne doivent pas être conservées pour éviter que les microbes ne s’installent.

Cadeau, cuisine ou dégustation : quel chocolat choisir ?

Si Pâques est la période de l’année pendant laquelle le rayon chocolat des supermarchés est le plus chargé, vous pouvez en trouver tout au long de l’année. Avant d’en acheter, commencez par faire le point sur vos besoins :

  • Est-ce pour offrir, cuisiner ou simplement déguster avec le café ? Pour cuisiner, inutile d’acheter des tablettes aux recettes originales et élaborées. Préférez un chocolat pâtissier basique qui sera plus adéquat et beaucoup moins cher au kilo.
  • Ensuite, adaptez vos cadeaux chocolatés en fonction de la personne à qui vous allez les offrir. Si les petits se régaleront avec un simple chocolat au lait peu coûteux en forme d’œufs ou de lapin, les vrais amateurs seront plus sensibles aux chocolats fins et aux petites quantités.
  • Enfin, quelle qu’en soit l’utilisation, pensez à comparer le prix au kilo des chocolats pour faire le meilleur choix. Même si vous êtes gourmand, restez méfiant : les formes fantaisies font souvent monter les prix au détriment de la qualité du chocolat. Mieux vaut parfois rester sur une tablette basique pour être certain de se régaler sans se ruiner.

Cuisiner le chocolat pour se régaler

S’il est le grand favori de nos goûters, le chocolat est aussi l’aliment phare des pâtissiers. Qu’il soit en forme d’œuf, de lapin, noir ou au lait, pourquoi ne pas utiliser vos restes de chocolats pour les sublimer dans un plat ? Simplement fondu sur des fruits ou dans du lait pour un goûter gourmand, brisé en pépites ou utilisé comme ingrédient de base dans vos recettes chocolatées, il y a mille façons de le recycler.

Bon à savoir : si vous utilisez un de vos lapins en chocolat pour en faire un gâteau, pensez à réduire un petit peu la dose de sucre de la recette. Les chocolats de Pâques ont tendance à être plus sucrés que le chocolat pâtissier et votre dessert pourrait vite devenir écœurant. Le meilleur jugement se fait encore en goûtant !

Des idées gourmandes, malignes en chocolat !

Rien de plus simple qu’une fondue au chocolat pour sublimer vos restes : les lapins et autres œufs sauront vous donner une délicieuse sauce chocolatée pour accompagner un dessert fruité. Pour faire fondre votre chocolat sans le cuire, Papy vous confie une astuce spéciale micro-ondes. Succès garanti !

Pensez également à transformer vos chocolats en copeaux pour décorer vos gâteaux ou agrémenter vos yaourts natures version stracciatella. Un couteau bien aiguisé et une planche à découper, ou tout simplement un économe, et le tour est joué (attention aux doigts tout de même) ! Voici également une recette de gâteau fondant au chocolat disponible sur le site de Cuisine AZ pour vous permettre d’utiliser vos restes.

On retiendra aussi la célèbre recette des roses des sables, idéale pour recycler votre chocolat et vos restes de céréales en même temps. Qu’il soit noir, blanc ou au lait, merci à Baccorge qui nous propose sa recette déclinée pour régaler petits et grands au goûter.

Faire plaisir autour de soi avec son trop plein de chocolat

Si vous avez été définitivement trop gâté et que votre estomac sature déjà, pourquoi ne pas offrir un peu de vos chocolats ? Œufs, poules, lapins ou statuettes chocolatées, profitez de cette diversité pour créer de petits paquets bien remplis : de quoi ravir vos amis et voisins les plus gourmands ! Pensez à personnaliser votre présent en y ajoutant un petit message à celui qui se régalera grâce à vous. Une attention sur-mesure qui fera plaisir à coup sûr !

Vous avez une idée de recette originale pour utiliser vos restes de chocolat en toute simplicité ? Partagez-la avec les autres Radins dans les commentaires !

On fonce avec clairvoyance sur les promos chocolatées !

L’approche de certains événements fait fleurir les promos. Pour être sûr d’acheter au meilleur prix, guettez les bonnes affaires à l’avance. Vous éviterez ainsi la flambée des prix de dernière minute. Ne vous laissez pas amadouer trop vite par les ristournes alléchantes. Le chocolat moins cher peut cacher des choses…

Quelle que soit l’offre, comparez le prix au kilo avant de mettre du chocolat dans votre charriot ! Pensez également à faire marcher la concurrence. Des discounters aux hypermarchés, les prix peuvent varier du simple au double.

Faire son chocolat soi-même : économies garanties !

On ne le répétera jamais assez : mettre la main à la pâte est certainement le meilleur moyen pour dépenser moins. Faire son chocolat soi-même ne déroge pas à la règle : quelques tablettes de chocolat pâtissier, et les ingrédients de votre choix pour agrémenter le tout (fruits confits, amandes…), suffisent à créer des recettes variées. Mendiants, truffes ou rochers, vous serez sûr de vous régaler.

Pour faire plaisir aux plus petits, de simples moules suffiront à donner à vos chocolats une forme fantaisie de circonstance. Par exemple, ce n’est pas sorcier de faire ses œufs de Pâques soi-même !

Mais encore, la meilleure manière d’économiser est encore de ne pas se laisser griser : acheter avec parcimonie vous permettra de réaliser de belles économies et d’éviter la crise de foie pour abus de chocolat.

Comment nettoyer une tache de chocolat sur un vêtement ?

Pour enlever sans peine les taches de chocolat de votre vêtement, il convient d’agir rapidement. Dès que vous avez constaté le dégât, ôtez immédiatement le vêtement et enlevez le maximum de chocolat à l’aide du dos d’un couteau. Nettoyez ensuite la tache avec du savon de Marseille à peine humide, du concentré de jus de citron ou un peu de vinaigre blanc. Laissez reposer quelques minutes et rincez à l’eau tiède. Il vous est possible de renouveler l’opération autant de fois que nécessaire, jusqu’à ce que la tache disparaisse entièrement. Une fois la tache enlevée, il ne vous reste plus qu’à laver votre linge comme vous le faites normalement.

Enlever une tache de chocolat sur du mobilier

Les astuces de grand-mère pour décoller le chocolat de votre mobilier sont nombreuses. Le choix dépend essentiellement de la matière dans laquelle le meuble a été fait. Pour enlever la tache de votre canapé en cuir, appliquez délicatement dessus un mélange d’eau et d’alcool à brûler à l’aide d’un chiffon sec. Il est également possible de venir à bout de cette tache alimentaire en le saupoudrant généreusement de pierre d’argile ou de talc. Laissez le produit agir pendant quelques heures avant de l’enlever à l’aide d’une brosse.

Le savon de Marseille est votre meilleur allié pour retirer la tache de chocolat de votre canapé en tissu. Appliquez le savon à peine humide sur la tache de manière à former une croûte épaisse. Laissez agir environ une demi-heure et rincez ensuite à l’eau tiède. Si la tache persiste, appliquez dessus un peu de dentifrice à l’aide d’une brosse à dents que vous n’utilisez plus. Frottez la tache délicatement jusqu’à ce qu’elle disparaisse entièrement. Il ne vous restera plus ensuite qu’à rincer.

Si votre meuble est en bois blanc, un chiffon imbibé de quelques gouttes de savon noir suffit pour venir à bout d’une tache de chocolat. S’il s’agit d’un meuble en bois ciré, appliquez un mélange de terre de Sommières et de White Spirit sur la tache. Notez qu’une fois la tache enlevée, vous serez amené à mettre une nouvelle couche de cire sur le meuble.

Astuces naturelles pour enlever le chocolat sur le sol

Les taches de chocolat sur le sol en carrelage, en béton et en ciment ou en lino sont les plus aisées à enlever. Généralement, un coup de serpillière humide suffit pour décoller le chocolat. S’il existe des taches persistantes, n’hésitez pas à les décoller avec la lame d’un couteau, sauf pour le carrelage, où il suffit de frotter à l’aide d’une brosse à poils durs pour enlever entièrement la tache de chocolat. Un peu d’eau suffit aussi pour détacher un sol en marbre ou en grès. Mais s’il s’agit d’un granit, tamponnez la tache à l’aide d’un coton-tige humecté d’un peu de vinaigre.

Un plaisir coupable : le chocolat est une denrée de luxe

Les Français sont très friands de chocolat et en consomment près de 6,7kg par an et par habitant. Nous somme ainsi le 5ème consommateur de chocolat au monde, après l’Allemagne, le Royaume-Uni, la Russie et les États-Unis. Mais il n’arrive pas directement en tablettes, en œuf ou en lapin dans nos placards. De nombreuses transformations sont nécessaires, à commencer par son extraction.

La majorité des plantations de cacao se trouve en Côte d’Ivoire, le plus gros pays producteur de chocolat. Ainsi, de nombreuses multinationales comme Nestlé, ADM, Barry Callebaut ou Cargill se sont installées dans les environs et achètent les fèves de cacao aux « pisteurs » ou intermédiaires. Ces mêmes pisteurs qui parcourent les plantations et rachètent à des prix dérisoires les quelques kilos de fèves de cacao produits par les planteurs. Achetées à peine 1 € le kilo, les familles ne peuvent décemment pas subvenir à tous leurs besoins et comptent sur leurs enfants, main d’œuvre gratuite, pour les aider. Le produit fini sera quant à lui revendu aux consommateurs entre 9 et 40 € le kilo suivant la marque du chocolat, cela fait réfléchir.

Ainsi, dès l’âge de 8 ans, ils abandonnent les bancs de l’école pour aller ramasser et faire sécher les précieuses fèves de cacao. Ils peuvent porter jusqu’à 10kg sur leurs frêles épaules, une charge beaucoup trop lourde qui, à terme, nuit à leur croissance et leur santé. L’extraction des fèves de la cabosse est la partie la plus dangereuse car les enfants se servent d’une machette très coupante, pouvant facilement s’entailler les mains, les bras et les jambes.

Des enfants esclaves travaillent parfois dans les plantations de cacao pour l’industrie du chocolat

Le trafic d’enfants est malheureusement une des conséquences de cette ruée vers l’or brun. En effet, n’existant pas de prix minimum de vente pour le chocolat, il est peu rentable pour le planteur de payer des salariés lorsqu’il touche à peine 1 € au kilo. Ainsi, le travail des enfants leur apparaît comme la solution idéale pour limiter leurs coûts et faire des profits. Le reportage The Dark Side of Chocolate révèle ce trafic ignoble mais permanent. Le journaliste Svante Karlslej Ipsen interroge des habitants de Zegoua au Mali, situé à quelques kilomètres de la frontière ivoirienne, qui sont chaque jour témoins du départ de nombreux enfants acheminés en bus vers les plantations.

Les propriétaires de plantations payent les trafiquants pour qu’ils fassent passer la frontière aux enfants, qui, sur place, seront vendus à des fermiers et répartis dans les diverses plantations. Pour « recruter » de nouveaux enfants, certains trafiquants n’hésitent pas à se rendre dans des villages isolés et à kidnapper les enfants. A d’autres, ils leur promettent de gagner un bon salaire pour pouvoir aider financièrement leurs parents à leur retour.

Selon le documentaire Envoyé Spécial, un enfant est vendu minimum 230 euros pour venir travailler dans les plantations. Maltraités et battus s’ils ne travaillent pas assez, ou s’ils tentent de fuir, ils sont poliment renvoyés chez eux lorsqu’ils deviennent suffisamment forts pour se rebeller contre les planteurs. Triste vie pour ces enfants à qui on a fait miroiter un bon salaire pour qu’ils puissent subvenir aux besoins de leur famille.

Les multinationales exploitent l’environnement pour produire toujours plus de chocolat

Les multinationales savent-elles ce qui se passe dans leurs plantations ? Peuvent-elles dénoncer le travail d’enfants ? La plupart d’entre elles refusent les interviews et se bornent à déclarer ne rien savoir à ce sujet, mettant également en avant le fait « qu’elles ne peuvent pas avoir la main mise sur tous leurs employés ».

Quelques chiffres alarmants annoncés dans le reportage d’Envoyé Spécial prouvent que la situation n’est pas prête de s’arranger : les ventes de chocolat représentent un bénéfice de 62 milliards d’euros par an, alors que seulement 3 millions d’euros sont alloués aux plantations en Côte d’Ivoire pour aider les enfants à aller à l’école et ainsi freiner ce travail illicite. Seulement 2 % de ces plantations ont bénéficié de ces aides. Autant dire que cela n’est clairement pas une priorité pour les multinationales qui préfèrent rendre des comptes à leurs actionnaires plutôt qu’à une population sans ressources.

Consommer du chocolat équitable ? une prise de conscience nécessaire

Mais comment en finir avec ces pratiques si le protocole signé en 2001, interdisant le travail des enfants, ne réussit pas à faire changer les marques sur leurs politiques ? A qui la faute ?

• Aux marques ? Comme on dit : la fin justifie les moyens. Et à Mathias Schlegel, qui travaille pour faire appliquer ce protocole, de déclarer dans le reportage pour Envoyé Spécial que « ce n’est pas un problème prioritaire sinon ils arriveraient à le régler ».

• Aux consommateurs ? Indubitablement car si les clients continuent d’acheter leurs produits, comment pourraient-elles vouloir remettre en cause un système qui marche et leur rapporte gros ? Pourtant le capitalisme, utilisé à bon escient, pourrait faire évoluer les choses et les mentalités. Si chacun pensait un peu plus à l’autre, peut-être qu’il faudrait moins de 40 ans pour résoudre ce problème ?

La réponse est simple, il suffirait que les consommateurs se tournent majoritairement vers le chocolat certifié « commerce équitable » pour pouvoir faire pencher la balance du côté des populations en danger. Même si ce label n’est pas exempt de tout soupçon, il se positionne néanmoins plus en faveur des petits producteurs.

Alors cette année, vous avez toujours faim pour un lapin en chocolat ?

Conservation du chocolat : attention aux dates de péremption !

Un simple coup d’œil sur l’emballage des chocolats vous permettra de vous rendre vite compte qu’ils ne sont pas prêts d’être périmés. Produit longue conservation, le chocolat peut passer des mois dans votre placard ! Vos restes vous permettront donc d’agrémenter goûters et cafés tout au long de l’année. Attention tout de même, certains chocolats comme les truffes ne se conservent pas longtemps, à cause de la crème fraîche entrant dans leur composition. Pour ne prendre aucun risque, référez-vous toujours aux dates de péremption sur l’emballage : faites bien attention à différencier une Date Limite de Consommation (DLC) et une Date Limite d’Utilisation Optimale (DLUO). La première est une référence sanitaire alors que la seconde est gustative.

Conserver le chocolat : oui, mais pas n’importe comment !

Le chocolat craint la chaleur et l’humidité. Il est donc vivement conseillé de le conserver dans un endroit sec et tempéré, entre 15 et 18 degrés. Vous empêcherez ainsi l’apparition de disgracieuses traces blanches à sa surface, lui faisant perdre son goût et sa texture onctueuse. N’exposez pas non plus votre chocolat à des changements de température trop brutaux qui lui feraient perdre toute sa saveur !

Certains chocolats doivent au contraire être conservés au frais. C’est le cas des rochers et autres confiseries fourrées, composés en partie de produits rapidement périssables. Vous trouverez tous les conseils de conservation sur leurs emballages. A défaut, placez-les dans une boîte hermétique au centre de votre frigo, ni trop bas, ni trop haut. Vous éviterez ainsi qu’ils en sortent trop durs et qu’ils prennent le goût d’autres aliments un peu trop odorants ! Attention, même au frais, ce type de chocolat ne se conserve théoriquement pas plus de 48h…

Bien emballé son chocolat c’est bien le conserver !

Qu’il soit au placard ou au frigo, emballer votre chocolat est primordial pour bien le conserver. L’air et la lumière peuvent en effet l’oxyder et le rancir à la vitesse grand V. Essayez au maximum de conserver les emballages d’origine en aluminium, idéaux pour protéger les chocolats de la lumière, et placez-les en plus dans une boîte bien hermétique, de préférence en fer.

Bien protégés, vos chocolats pourront être consommés jusqu’à un an après avoir été fabriqués ! Une astuce pour les radins gourmands qui souhaitent se régaler jusqu’à l’année prochaine.

Vous aimerez aussi...